Accueil > Hommage ...

MERCI MON CORPS

C’est à toi que je veux dire aujourd'hui combien je te remercie de m’avoir accompagné depuis si longtemps sur les multiples chemins de la vie. Je ne t’ai pas toujours accordé l’intérêt, l’affection ou simplement le respect que tu mérites. Souvent je t’ai ignoré, maltraité, matraqué de regards indifférents, de silences plein de doutes, de reproches violents. Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé que j’ai le plus trahi.

 

Et aujourd’hui, au milieu de ma vie, je te découvre, un peu ému, avec tes cicatrices secrètes, avec ta lassitude, avec tes émerveillements et avec tes possibles. Je me surprends à t’aimer avec des envies de te câliner de te choyer de te donner du bon.

 

J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner des fleurs sur ta peau par exemple, de t’offrir du Mozart, de te donner les rires du soleil ou de t’introduire aux rêves des étoiles.

 

Mon corps aujourd’hui, je veux te dire que je te suis fidèle.
Non pas malgré moi mais dans l’acceptation profonde de ton amour.
Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps, que tu prenais soin de moi, que tu étais vigilant et étonnamment présent dans tous les actes de ma vie.

 

Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître,
pour me laisser être, grandir avec toi ?
Combien de maladies m’as-tu évitées ?
Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie ?
Combien d’abandons as-tu acceptés pour me laisser entrer dans le plaisir ?

 

Bien sûr il m’arrive de te partager et même de te laisser aimer par d’autres, par une que je connais et qui t’enlèverait bien si je la laissais faire.

 

Mon corps maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus ...
Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune et quoiqu’il arrive nous vieillirons ensemble.

 

Auteur inconnu

Accueil > Hommage ...

Texte Précédent Texte Suivant
Retour au haut de la page

 "Celui qui laisse chanter
en lui les voix divines, celui-là seul sait respecter le mystère de l'oeuvre où il a puisé le besoin
de faire partager aux autres hommes son émoi."

Elie Faure