Hypnose

Caractéristiques de l'hypnothérapie Ericksonienne :

J'ai déjà mentionné que l'hypnose Ericksonnienne est indirecte et permissive. Erickson utilisait les 3 processus de création de la réalité, la généralisation, la sélection, la distorsion, pour construire ses inductions hypnotiques. Ceci la conduit à créer un modèle de communication hypnotique : "Le modèle de Milton".
Voici quelques-unes de ces caractéristiques : utilisation de ...

1 - conjonctions: "vous pouvez me regarder et commencer à vous sentir plus à l'aise..."
2 - propositions causatives impliquées: "comme tu prends conscience de la chaleur
2 - ambiante, ton corps se détend..."
3 - relations de cause à effet: "le fait que tu déglutisse fait que ta transe augmente..."
4 - insertion de questions: "je me demande si tu peux... me dire si tu veux..."
5 - insertion d'injonctions: "tandis que la mèche de la bougie fond, Danielle..."
6 - citations, métaphores,
7 - postulats conversationnels: "il n'est nul besoin de bouger pour..."
8 - ambiguïtés: "Athéna ! les dessous des hommes qui gardent la forme."

Il faudrait ajouter bien d'autres choses à cette énumération. L'usage de paradoxes (doubles contraintes) pour créer la confusion qui rend l'hémisphère droit du cerveau plus réceptif.

Erickson était constamment à la recherche d'approbations en série; c'est-à-dire qu'il orientait sa communication pour obtenir toujours l'approbation du sujet, quitte à ce que cette approbation se fasse au niveau inconscient d'une présupposition.

Exemple :
Voulez-vous être hypnotisé avec ou sans vos lunettes ?
Présupposition : "Vous voulez être hypnotisé".

Cette attitude permissive amène le sujet à adhérer aussi facilement à ce qui est évident qu'à ce qui ne l'est pas.

Enfin, une dernière caractéristique de l'hypnose Ericksonnienne est l'usage de métaphores en rapport avec la problématique du client qui oblige ce dernier à passer de la structure de surface (métaphore) à une structure profonde en y incorporant les éléments du changement ou de la cure.

La conception Ericksonienne de l'inconscient :

L'être humain est un système vivant intelligent global. Dans ce système vivant intelligent, la partie qui pense consciemment, réfléchit, décide et agit de façon délibérée et volontaire est la partie consciente. L'inconscient, c'est tout le reste, tout ce dont nous ne sommes pas conscients. Par commodité on peut regrouper les contenus et les processus inconscients selon 3 larges registres:

- Celui des activités qui président à la vie organique et à la coordination intelligente des fonctions physiologiques. C'est le niveau de notre dimension biologique ainsi que le siège des pulsions plus ou moins reliées à celle-ci. C'est aussi le lieu de "l'élan vital" qui nous oriente vers la croissance. On peut également ranger à ce niveau la fonction protectrice qu'exerce l'inconscient en maintenant à l'écart de la conscience les situations traumatisantes à fort contenu émotionnel qui ont été refoulées.

- Le 2ème registre est celui de l'ensemble des apprentissages, des savoir-faire, des ressources et des automatismes de comportement dont nous disposons. C'est aussi celui des processus de traitement d'information qui se déroulent hors de notre champ de conscience.

- Le 3ème registre est caractérisé par des phénomènes comme l'intuition, les éclairs créatifs, certaines activités mentales considérées comme parapsychologiques ou par des états de conscience considérés par diverses disciplines spirituelles traditionnelles comme des états "d'éveil". Le niveau du "sur-conscient"/du "guide intérieur".

Quelques caractéristiques de l'inconscient :

o L'inconscient est distinct du conscient. Il possède ses propres modes de fonctionnement. Cette partie de nous-même pense, ressent, perçoit et réagit au monde de façon autonome.>

o Elle perçoit et traite des informations que la partie consciente ignore. Elle se souvient d'expériences oubliées depuis longtemps par le conscient. Pour cette partie de nous le temps n'existe pas.

o L'inconscient peut prendre en charge de façon automatique des tâches aussi complexes et variées que marcher, lire, conduire une voiture ou faciliter des processus de changement ou de guérison.

o Il influence souvent le conscient en faisant émerger dans celui-ci des intuitions, des rêves ou des réactions émotionnelles, ou en fournissant les réponses à des problèmes (le phénomène "d'incubation" pendant le sommeil).

o Tout en possédant des traits de fonctionnement qui caractérisent les enfants (processus primaires), il possède aussi une qualité de perception plus développée que n'en possède la partie consciente (processus tertiaires).

o Plus une personne s'identifie à sa partie consciente, plus il est probable qu'un certain nombre des capacités propres à son autre niveau de fonctionnement resteront potentielles et inutilisées.

Bibliographie

Texte Précédent Texte Suivant
Retour au haut de la page

 "La connaissance jaillit dans le coeur de l'homme,
dès qu'il s'affranchit des illusions sensorielles ou mentales,
et ramène tout à la Source
 permanente de son être
 et de tous les êtres."

Lao Tseu